Vols en approche : Coho, NH TheraGuix et T-Hive rejoignent le Tarmac !

Le 6 mars dernier, ils étaient 5 à demander l’autorisation d’atterrir à la tour de contrôle du Tarmac, et ce sont finalement 3 nouveaux projets qui débarquent sur les pistes d’accélération de l’incubateur inovallien, ouvrant d’ailleurs la voie à de nouveaux secteurs d’activité :

  • Le bio-médical : avec l’arrivée de NH Theraguix, qui développe nanomédicament pour le traitement des cancers. Une nanoparticule injectable par voie-intraveineuse avant le traitement de radiothérapie, qui a le double avantage de peremttre le diagnostic en tant qu’agent de contraste, mais aussi de maximiser l’effet de la radiothérapie en augmentant le potentiel différenciateur entre les cellules saines et les cellules tumorales en concentrant les rayons sur la tumeur. Après plus de 10 ans de recherche, 50 publications, au synchrotron à l’Institut Albert Bonniot sur la Région grenobloise, mais aussi ailleurs dans le monde, NH Theraguix est actuellement concentrée sur un essai de phase 1 au CHU de Grenoble concernant  métastases cérébrales. Elle devrait démarrer un autre essai à  Paris sur les cancers avancés du col de l’utérus. La startup a réussi une première levée de fonds de près de 600K€, et a remporté le concours TREMPLIN entreprise sénat Essec en 2016.
  • L’équitation … connectée : avec Coho, qui propose aux écuries de propriétaires et centres équestres un dispositif non intrusif associant boitier de capteurs et application mobile, pour permettre aux propriétaires d’avoir en temps réel des données interprétées sur leur cheval. D’abord proposée en mode service sur les concours de manière ponctuelle, la solution sera ensuite proposée en mode SaaS aux écuries en installation permanente. Labellisée par le pôle de compétitivité Hippolia, la startup a également entamé des discussions avec Horse Angels : preuve que la filière équine se structure également sur les nouvelles technologies !
  • Et plus habituel pour le Tarmac, l’inspection non destructive d’objets, avec le startup technologique T-Hive, qui propose une alternative simple, évolutive et surtout non nocive, aux traditionnels rayons X pour connaître le contenu d’un objet sans l’ouvrir. Une prouesse technologique rendue possible par la maîtrise d’ondes à très haute fréquence, sur des circuits développés sur silicium. Les applications sont nombreuses et T-Hive cherche à l’heure actuelle son positionnement stratégique sur le marché.

Pour les deux autres projets, l’un, déjà trop avancé (tant technologiquement que commercialement), a rejoint directement inovallée au sein de l’Atelier numérique en formule hôtel d’activité : il s’agit de My DSO Manager, une solution en mode SaaS de credit management (recouvrement de créances et optimisation du poste clients)  qui a déjà conquis de nombreux clients, de la TPE à l’ETI, avec des formules d’abonnements qui démarrent à 29€ par mois.

L’autre au contraire, estimé un peu trop amont (faute d’équipe et de démonstrateur), a été ré-orienté vers les espaces de coworking métropolitains pour maturer le projet avant d’envisager une accélération au Tarmac …