eBikeLabs ouvre son capital aux particuliers pour démocratiser l’accès au vélo électrique « intelligent », offrant la possibilité à chacun de devenir acteur d’une révolution urbaine verte !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
A VPN is an essential component of IT security, whether you’re just starting a business or are already up and running. Most business interactions and transactions happen online and VPN

Spécialisé dans la conception de logiciels embarqués pour vélos électriques, eBikeLabs lance une campagne de levée de fonds auprès des particuliers et des professionnels pour rendre les vélos électriques « intelligents » accessibles au plus grand nombre. La start-up grenobloise, qui a démarré au Tarmac en 2015, propose une technologie de rupture à destination des opérateurs de mobilité, qui devrait révolutionner l’utilisation du vélo à assistance électrique (VAE) en libre-service. Avec cette campagne, l’objectif est double : favoriser le déploiement de flottes VAE dans toutes les villes d’Europe. Et également fournir l’opportunité à tout un chacun de contribuer, à son échelle, à la transition vers une mobilité urbaine douce et durable ! Dans un premier temps, la jeune startup invite toutes les personnes soucieuses des risques environnementaux et sanitaires liés au transport à voter en masse sur la plateforme WiSEED pour soutenir son projet.

La crise sanitaire que nous traversons aura au moins eu un effet bénéfique : accélérer la prise de conscience collective de l’impact de nos déplacements sur la planète ! Car durant le confinement strict, de nombreux analystes ont constaté les conséquences de la réduction drastique de la circulation routière pendant plusieurs semaines : une amélioration significative de la qualité de l’air. Cette situation inédite a donc contribué à renforcer les engagements sociétaux des citoyens et des entreprises et a confirmé l’essor à venir de la mobilité douce.

Pourquoi les flottes de vélos électriques partagées sont-elles une solution idéale pour la transition vers une mobilité durable ?

Depuis le déconfinement, de nombreux citoyens ont d’ores et déjà troqué leur ancien mode de transport contre le vélo électrique, motivés par plusieurs raisons : utiliser un vélo à assistance électrique (VAE) est en effet vertueux pour l’environnement, mais également pour leur santé (activité physique quotidienne, irrigation du système respiratoire, baisse de la tension, etc.). Par ailleurs, avec 80% des trajets urbains inférieurs à 8 km, ce moyen de transport individuel est souvent plus rapide que la voiture ou le bus, facilitant la circulation même lorsque le trafic routier est dense. Sans compter qu’en période de crise sanitaire, il limite le risque de contamination, obligeant à respecter les distances par rapport aux autres et évitant le contact avec des surfaces contaminées dans les transports en communs.

Alors pour éviter que le niveau du trafic automobile ne reprenne son niveau d’avant-crise sanitaire et inciter les usagers à laisser leur voiture au profit du vélo électrique, eBikeLabs souhaite agir vite ! La start-up lance donc une opération de crowdfunding en equity sur la plateforme WiSEED. Elle propose à tout un chacun de devenir actionnaire de l’entreprise à partir de 100 euros d’investissement – l’idée étant de sensibiliser et fédérer plus de 1000 citoyens en quelques mois seulement.

Changer aujourd’hui nos habitudes de mobilité pour avoir un impact sur le changement climatique

Car d’après Maël Bosson, fondateur d’eBikeLabs, nous n’en sommes qu’aux prémices de cette grande révolution de la mobilité, qui passera obligatoirement par un changement de nos comportements : « Chez eBikeLabs, nous sommes convaincus que, pour avoir un impact sur le changement climatique, nous devons changer nos habitudes de mobilité dès aujourd’hui : le CO2 vit 100 ans dans l’atmosphère. Les vélos électriques partagés sont un formidable levier pour diminuer nos émissions dans un temps très court. Mais nous devons les rendre plus accessibles pour les usagers et intelligents pour les gestionnaires de flottes. Pour cela, nous devons privilégier des technologies facilitant le déploiement rapide de ces flottes de vélos électriques. Et la technologie développée par eBikeLabs fait partie des solutions pour y arriver », explique-t-il.

Le vélo électrique en libre-service est un moyen de transport économe : 2,25€ pour 15 min, contre 2,70€ pour un trajet en bus et des frais s’élevant à 23,5€ par jour en moyenne selon les propriétés de la voiture, d’après eBikeLabs. Pourtant, il peine actuellement à se développer. Alors pourquoi ? Plusieurs facteurs freinent les collectivités et ralentissent l’émergence des flottes de vélos à assistance électrique (VAE) en libre-service dans les villes ou les entreprises : le prix d’achat élevé des vélos, la fréquence des vols, ou encore les coûts et difficultés de maintenance.

Car, pour inciter les usagers à utiliser quotidiennement les VAE en libre-service, il faut être en mesure de garantir une bonne disponibilité des vélos, ce qui engendre des coûts d’opération élevés et peu rentables pour un opérateur de flottes de vélos électriques. Ces coûts importants s’expliquent en partie par le fait que l’électronique des vélos électriques est encore peu développée, sans intelligence centrale. La fonction de l’électronique embarquée du vélo électrique se résume actuellement à protéger le moteur et la batterie contre une surchauffe ou une surcharge et, éventuellement, entraîner l’assistance électrique basée sur des capteurs fragiles et peu précis.

Une innovation 100% française qui lève les principaux freins du marché des VAE (Vélo à Assistance Electrique)

Vélo électrique intelligent - L'équipe eBikeLabsMais si ces technologies sont relativement bien adaptées pour l’usage d’un vélo électrique individuel, les besoins sont bien différents pour les flottes de vélos partagés, pour qui les enjeux sont multiples. Par exemple, améliorer la fiabilité des VAE en usage intensif, mieux prévenir les pannes, adapter le comportement du vélo à son environnement, ou encore, pouvoir faire des mises à jour et régénérer la batterie à distance. Pourtant, d’après les analyses d’eBikeLabs, la croissance des flottes de vélos électriques partagées permettrait de réduire d’un quart le trafic automobile en Europe en 3 ans. Ce qui signifierait réduire les émissions de CO2 du trafic automobile de 23% et les émissions de polluants de 28% en trois ans !

Convaincue que le déploiement massif de ces flottes est un levier important pour préserver notre planète, l’ancienne startup du Tarmac œuvre depuis maintenant 5 ans pour rendre les vélos électriques « intelligents ». C’est-à-dire plus fiables, résistants aux vols et durables. Afin de limiter les principaux freins du marché des VAE et favoriser ainsi le déploiement rapide de flottes de vélos électriques, elle propose une approche différenciante : remplacer le hardware par du logiciel !

Une approche novatrice par des modèles mathématiques… ou comment un logiciel embarqué qui utilise l’IA peut rendre les VAE fiables et sécurisés !

L’approche révolutionnaire d’eBikeLabs consiste à remplacer ou améliorer certains composants physiques du vélo par un logiciel embarqué, qui s’appuie sur une R&D de près de 5 ans. Ainsi, l’approche logicielle augmente les capacités du vélo électrique tout en éliminant ses dysfonctionnements. Cette technologie s’appuie sur une analyse en temps réel d’un flux de données à haute fréquence et la remontée et analyse de données agglomérées choisies avec parcimonie dans le cloud. A l’image du vélo si efficace, cette nouvelle forme d’intelligence artificielle est très peu gourmande en énergie. L’intérêt est de s’appuyer sur le matériel et les données préexistantes sur tous les vélos électriques pour faire plus (verrouillage antivol, usage de la batterie optimisé, diagnostic des pannes et activation correctives à distance, assistance électrique intuitive…).

La solution d’eBikeLabs, proposée sous la forme d’un abonnement SaaS (Software as a Service – NDLR : Logiciel en tant que Service), repose sur un contrôleur embarqué (Vehicle Control Unit) qui se connecte au moteur électrique et à la batterie et aux services cloud. Avec cette solution, la startup tech s’adresse directement aux opérateurs de mobilité en phase de conception d’un nouveau vélo électrique.

Une fois intégrée dans le modèle de vélo, les produits logiciels et cloud proposés par eBikeLabs présentent l’avantage de pouvoir être dupliqués rapidement au fil des déploiements et absorber les fortes montées en charge. eBikeLabs propose aux opérateurs de flotte de vélos électriques 3 produits, comprenant chacun des fonctionnalités clés :

  • eBikeSafe (verrouillage du moteur, actionnable à distance, pour servir d’antivol incassable et perpétuel. En cas de vol, le vélo devient complètement inutilisable, les pièces détachées appairées ne pouvant être revendues),
  • eBikeCheck (maintenance préventive permettant d’anticiper des pannes et de les éviter grâce à un diagnostic des pannes et des actions correctives à distance. Le nombre de pannes est réduit, le vélo contenant moins de composants, l’usage de la batterie optimisé et avec une durée de vie supérieure),
  • eBikeProfile (consommation d’énergie optimisée à chaque trajet, assistance électrique intuitive et adaptable à chacun, mises à jour à la volée, adaptation aux régulations partout dans le monde en quelque clics, pour une expérience utilisateur hors-norme).

 

Une nouvelle levée de fonds pour accélérer son industrialisation et confirmer son rôle à l’échelle européenne, voire internationale

Avec déjà 500 vélos équipés en Europe via des particuliers, des flottes d’entreprises et des centres de santé, eBikeLabs souhaite désormais accélérer son industrialisation et confirmer sa présence à l’échelle européenne. Cette nouvelle campagne de levée de fonds devrait ainsi permettre de réaliser plusieurs déploiements vitrines de ses technologies sur le vélo électrique partagé, en se développant à une échelle moyenne dans des villes européennes, d’industrialiser son hardware et software pour se préparer à des déploiements massifs, de renforcer son portefeuille de brevets afin de garantir une différentiation à long terme, mais également de s’intégrer dans la chaîne de valeur du vélo électrique et de trouver des partenaires distribuant sa solution.

Actuellement en discussion avec la plupart des opérateurs de mobilité, eBikeLabs a déjà signé un premier contrat pour son nouveau produit avec un opérateur qui déploie des flottes en entreprises. Elle prévoit d’intégrer sa technologie dans quelques centaines de milliers de vélos ces 5 prochaines années. « La levée de fonds nous permettra de réduire les coûts et délais d’approvisionnement pour nos clients et d’être extrêmement compétitifs face aux solutions concurrentes », souligne eBikeLabs sur la plateforme WiSEED. Fondée en 2015 par Maël Bosson, Raphaël Marguet, Cyrille Romera et Pierre-Louis Jourdan, la startup grenobloise, compte aujourd’hui 16 collaborateurs et prévoit 30 nouveaux postes sur les prochaines années.

Soutenue par l’ADEME et accélérée par les groupes Toyota Tsusho, Allianz et InnoEnergy, la jeune startup présentent en outre des perspectives de déploiement à l’international prometteuses. Elle a d’ailleurs été repérée et présentée comme une des solutions porteuses pour une distribution en Asie et partout dans le monde sur le Salon de la mobilité intelligente à Singapour.

Participer à une aventure humaine et contribuer à une initiative durable en votant pour le projet ou en investissant : chacun peut agir à son niveau !

« Nous avons toujours eu une approche communautaire », explique Cyrille Romera, co-fondateur et CFO d’eBikeLabs. « Une communauté de plus de 100 investisseurs a déjà investi 1.2 M€ et a permis à la société de collecter plus de 3 M€ au total. Ainsi l’engagement citoyen est au cœur des premiers succès de la société ».

« L’investissement de tous, même modeste, a un impact significatif sur le développement d’eBikeLabs et, par conséquent, contribue à rendre le vélo électrique accessible au plus grand nombre à moindre coût », insiste Maël Bosson. Les fonds récoltés sur WiSEED seront complétés auprès de BA et de banques pour dépasser un montant à 7 chiffres. Et « transformer ainsi le vélo électrique partagé en une réalité florissante » !

Besoin d'un accompagnement ?