[RH] Mécénat de compétences et prêt de salariés : les dispositifs gagnants / gagnants du PMR

De la GPEC à la mobilité inter-entreprises

Le PMR (Pôle de Mobilité Régional) a été lancé en Isère en 2007 par STMicroelectronics, Capgemini, Radiall, Hewlett Packard. St Ericsson et Soitec ont rejoint l’association en 2010, l’UDIMEC en 2012.  Il part de 3 principes : l’attachement des salariés à leurs bassins d’emploi, leurs aspirations à une mobilité professionnelle à un moment de leur carrière et la nécessité pour les entreprises d’adapter constamment leurs effectifs et compétences.

Le principe : le salarié d’une entreprise adhérente au PMR qui a besoin de retrouver du sens et de se ressourcer à l’extérieur pour explorer de nouveaux horizons professionnels fait appel au PMR de façon anonyme et confidentielle via le numéro vert 0 811 091 997.

Le PMR peut accompagner le salarié dans sa mobilité professionnelle, et l’ouvrir à de nouveaux horizons en l’immergeant dans une autre entreprise via deux dispositifs :

  • Alizé : mécénat de compétences.
  • Passerelle : prêt de salarié

Le mécénat : des ressources conseils ponctuelles (3 à 15 jours)

Le mécénat permet à une startup, TPE ou PME porteuse d’un projet de développement pour lequel elle a besoin de compétences, de bénéficier gratuitement 3 à 15 jours maximum de conseil, répartis sur la durée du projet). Organisation, management, RH, gestion, finance, production … les startups peuvent s’appuyer 1 à 2 jours par semaine sur une expertise externe pour faire avancer leur projet.

Le prêt de salarié : des compétences séniors à temps plein (6 à 18 mois)

Le dispositif Passerelle piloté par le PMR permet aux startup, TPE et PME de bénéficier du soutien des salariés expérimentés des entreprises adhérentes pour une période de 6, 12 ou 18 mois, à des conditions financières avantageuses qui dépendent de la durée du contrat (une partie du salaire est facturé, l’autre est prise en charge par l’ETI). Un dispositif intéressant pour enrichir son équipe de ressources expérimentées dans une phase critique et/ou de sécuriser un recrutement à venir en testant sa future recrue sur le terrain sur une période longue.

Des dispositifs gagnant / gagnant / gagnant

Pour le salarié, qui peuvent valoriser leurs expériences et compétences, concrétiser leur projet de mobilité interne ou externe, découvrir des opportunités de reconversion et enrichir leur parcours professionnel, mais aussi retrouver un nouveau souffle qui leur donne envie de réintégrer leur entreprise initiale avec un autre regard, une nouvelle énergie et de nouvelles façons de travailler.

Pour l’ETI, qui offre ainsi des solutions de mobilité externe mais aussi interne à ses seniors dans le cadre de sa GPEC, qui contribue au développement des entreprises et des emplois locaux, et qui peut également redonner un souffle d’innovation en interne lorsque ses salariés ré-intègrent leur poste après une immersion en startup.

Pour la startup ou la PME, qui peut s’appuyer sur des compétences expérimentées qu’elle n’aurait pas les moyens financiers de s’offrir pour accélérer son projet.

Comment ça marche ?

Les deux dispositifs reposent sur la base du volontariat de la part des salariés.

Le PMR se charge ainsi de collecter les profils et leurs envies d’un côté, et les offres de missions des startups et TPE de l’autre (en 2017, plus de 400 missions ont été répertoriées. Les profils comme les offres sont totalement anonymisées et le PMR se charge des mises en relation.