De Xerox à NAVER : la belle histoire d’un rachat volontariste et engagé pour le plus gros centre de recherche privé français en IA

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
A VPN is an essential component of IT security, whether you’re just starting a business or are already up and running. Most business interactions and transactions happen online and VPN

NAVER / Xerox : un choix réciproque et engagé pour doter l’Europe d’un partenaire expérimenté avec, pour objectif, de proposer ensemble une alternative aux géants américains et chinois de l’internet   

C’est en 2017 que le centre de recherche de Xerox (XRCE), implanté sur inovallée depuis 1993, est passé entre les mains du géant coréen NAVER, et c’est une belle histoire tant pour l’innovation grenobloise que pour l’indépendance européenne.

En effet, les activités historiques de XRCE étaient déjà tournées vers l’intelligence artificielle, l’apprentissage automatique, la vision par ordinateur et le traitement du langage naturel, mais autour des problématiques liées à l’impression, puisque l’objectif de Xerox était de doter ses copieurs de nouvelles fonctionnalités.

Quand Xerox a choisi de focaliser sa R&D sur son centre de recherche californien, un appel a été  lancé auprès de 70 entreprises internationales susceptibles d’être intéressées, et choisies à la fois par le board et les équipes de recherche locale, associées à la démarche. « Une vingtaine d’entre elles ont répondu, nous en avons rencontré plusieurs, et nous avons unanimement retenu NAVER ! » se souvient Michel Gastaldo, directeur du centre.

NAVER est le premier portail internet de Corée du Sud, opérateur du moteur de recherche éponyme qui draine plus de 70% de l’internet coréen, mais également l’un des leaders mondiaux sur d’autres services innovants comme la messagerie instantanée LINE, la bande dessinée numérique WEBTOON, le réseau social SNOW ou l’application de gestion de communautés BAND.

NAVER LABS est l’entité de R&D spécialisée dans les technologies du futur dans les domaines de la voiture autonome, la robotique et l’intelligence artificielle.

« Dans un contexte où le monde de l’internet est aujourd’hui largement dominé par les géants américains et chinois, NAVER et NAVER LABS pouvaient contribuer à la création en Europe d’une véritable alternative pour permettre aux utilisateurs de conserver leur liberté de choix, et c’est ce qui nous a séduit », poursuit Michel Gastaldo. « De la même façon NAVER a choisi d’investir largement en Europe car la Corée partage avec l’Europe des ambitions communes autour de la diversité, de la pérennité des entreprises de petite taille et de la protection des données personnelles. Ce rachat était donc un véritable engagement de part et d’autre autour d’une vision et de valeurs partagées ».

C’est ainsi que XRCE (Xerox Research Centre Europe) est devenu NAVER LABS Europe

Le plus important centre de recherche privé français en IA

« Depuis le rachat du centre par NAVER, nous sommes passés de 70 chercheurs, spécialisés dans les logiciels en intelligence artificielle, à plus de 120 personnes dont 90 scientifiques, et avec 26 nationalités différentes. Nous avons embauché des spécialistes en IA pour la robotique, en traitement de la langue ou « techniques d’apprentissage » et vision par ordinateur, en allant même jusqu’à débaucher des gens qui travaillaient chez nos compétiteurs en Allemagne, en Inde ou aux Etats-Unis », annonce Michel Gastaldo.

Et le centre recrute encore une dizaine de profils hautement spécialisés…pas toujours très faciles à trouver et pour lesquels la qualité de vie au travail inovallienne et le cadre exceptionnel du site sont des atouts précieux.

Il faut dire que NAVER LABS ne manque pas d’ambition et travaille sur de nombreux projets à la pointe de l’IA :

  • En robotique autonome: l’un des enjeux majeurs en matière de robotique autonome relève aujourd’hui de l’acceptabilité par l’homme. « Si nous voulons que demain, des robots autonomes et intelligents puissent interagir avec nous, il faut qu’ils s’adaptent à nos comportements naturels et pas le contraire », rappelle Michel Gastaldo. Sur ce point, les chercheurs en IA de NAVER LABS travaillent avec une équipe d’ethnographes. L’apprentissage des robots fait également l’objet de nombreuses recherches, pour permettre notamment aux robots d’apprendre par démonstration / imitation, de manière assez proche de l’apprentissage humain. Plus de 50% de l’activité de NAVER LABS est aujourd’hui appliquée à l’IA pour la robotique.
  • En apprentissage automatique et langage naturel: l’enjeu majeur ici est le traitement des biais de l’apprentissage automatique comme, par exemple, les fameux « bulle de filtres ». Les chercheurs réfléchissent donc aux manières de doter l’IA et les moteurs de recommandation d’un degré supplémentaire d’intelligence capable de plus de discernement, de subtilité et d’équité « De la même façon, quand un concurrent a récemment travaillé sur un projet de dialogue automatique qui plairait aux jeunes, ils ont utilisé une IA qui avait pour objectif de reproduire leur langage. Le problème est qu’avec une approche d’apprentissage à partir de langage utilisé par les jeunes, le robot a déployé un langage inapproprié, voire injurieux ! » note Michel Gastaldo. Les chercheurs de NAVER LABS spécialisés dans le traitement automatique du langage naturel s’emploient donc à trouver des solutions pour réduire ces biais avec des systèmes de modération éminemment complexes.
  • En vision : l’enjeu en la matière est de permettre à l’IA d’apprendre plus rapidement avec moins de données et avec des capteurs et cameras moins onéreux.  « Nos algorithmes deviennent capables aujourd’hui de transposer dans un nouvel espace les connaissances acquises dans un contexte différent, par exemple transposer la reconnaissance visuelle d’un objet en vision diurne directement à la vision nocturne. Avec les capteurs moins chers comme les caméras de téléphone portable, il est possible de mettre les applications à la portée de plus de personnes et dans les contextes plus divers ».

Bref, les sujets de recherche ne manquent pas, et NAVER LABS ne dépose pas moins de 40 brevets par an, sans compter les nombreuses publications scientifiques que les amateurs peuvent retrouver ici : https://europe.naverlabs.com/publications/  !

Tous ces facteurs font de NAVER LABS Europe le plus grand centre de recherche français industriel en IA, devant des acteurs comme Facebook ou même Google…

Un engagement fort au sein de l’écosystème Grenoble Alpes

Premier engagement fort de NAVER LABS sur inovallée : l’achat et la rénovation des bâtiments historiques, qui représentent plusieurs millions d’investissement, et signent un engagement fort sur le long terme. Un signe plus que positif pour l’écosystème Grenoble Alpes.

Second engagement, plus opérationnel : NAVER LABS est fortement impliqué dans les collaborations académiques locales, notamment avec Inria sur inovallée, mais aussi dans l’institut grenoblois MIAI. NAVER LABS Europe est le seul partenaire industriel à piloter une chaire et participe, en parallèle, à trois autres chaires. Ce ne sont pas les seules coopérations académiques bien sûr, puisque NAVER LABS travaille avec des chercheurs du monde entier et notamment de Suisse, du Royaume Uni, d’Italie, d’Espagne, d’Autriche et, bien sûr, de Corée.

Dernier engagement, et pas des moindres, le pacte économique local, autour d’un plan d’actions simple : favoriser les circuits courts et la sous-traitance à des entreprises locales pour les travaux de rénovation énergétiques du bâtiment, pour l’installation des bornes de recharge pour les véhicules électriques, et même pour la construction du futur datacenter destiné à abriter les supercalculateurs indispensables à une activité IA.

 

 

Besoin d'un accompagnement ?

Menu de navigation

Sports & Loisirs

Annuaire

Cvthèque

Offres d'emplois

Le Mag

L'agenda

My ino