Avec babyc’AIR, solution connectée pour la Qualité de l’Air dédiée aux crèches, DomNexX se met au service d’un enjeu de santé publique

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
A VPN is an essential component of IT security, whether you’re just starting a business or are already up and running. Most business interactions and transactions happen online and VPN

Les enfants sont parmi les populations les plus vulnérables aux effets néfastes de la pollution intérieure, avec un risque immédiat ou à terme pour leur santé. C’est pourquoi, depuis le 1er janvier 2018, les établissements recevant des enfants de moins de 12 ans, crèches, haltes-garderies et écoles, sont soumis à une obligation réglementaire de surveillance de la qualité de l’air intérieur (QAI). Créateur de solutions connectées, pour la surveillance et le suivi à distance des paramètres environnementaux dans les bâtiments, DomNexX propose une offre globale pour aider les Établissements d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE) à se mettre en conformité, mais aussi à améliorer de manière continue les conditions sanitaires d’accueil. Et pour lutter contre le virus COVID-19, agir face au risque sanitaire aérien dans les crèches va devenir encore plus fondamental !

Nous passons en temps normal approximativement 80 % de notre temps dans des espaces clos (logement, travail, espaces publics, transports…). Ce chiffre monte à 90% de temps passé dans les lieux clos pour les enfants ! Surveiller la Qualité de l’Air Intérieur (QAI) et mettre en place des bonnes pratiques pour réduire l’exposition aux polluants intérieurs dans les bâtiments s’avèrent donc un véritable enjeu de Santé publique.

Les enfants particulièrement vulnérables aux polluants de l’air intérieur

C’est ainsi que l’Observatoire de la Qualité de l’Air (OQAI) mène, depuis sa création en 2001, des campagnes de mesure dans différents types de bâtiments pour identifier les leviers d’action à mettre en œuvre. Sa dernière étude révélait que nos lieux de vie seraient contaminés par au moins 30 substances chimiques différentes. Ces polluants peuvent émaner de plusieurs sources différentes : matériaux de construction, revêtements des murs-plafonds-sols, mobilier, tapis, textiles, mousses, matériaux de décoration, produits d’entretien, matériels utilisés pour des activités (colles, encres, peintures, feutres, etc.).

Or, les enfants sont particulièrement sensibles aux polluants de l’air intérieur. Ces derniers peuvent provoquer maux de tête, fatigue, mais aussi rhinites, bronchites, allergies, asthme… À l’inverse, une bonne qualité de l’air préserve le bien-être et le confort des enfants. Elle contribue également à améliorer leur sommeil et leurs performances cognitives, tout en réduisant l’absentéisme.

Surveiller la Qualité de l’Air Intérieur (QAI) : les crèches et les écoles en retard sur cette obligation légale

C’est pourquoi les établissements recevant des enfants de moins de six ans ont été les premiers concernés par l’application de la loi Grenelle 2, rendant obligatoire la surveillance de la qualité de l’air intérieur dans les établissements recevant du public sensible. Le législateur a instauré l’obligation de mettre en place une surveillance de la QAI à partir du 1er janvier 2018 pour les crèches, maternelles et écoles élémentaires, 2020 pour les centres de loisirs, extra ou périscolaires, et jusqu’à 2023 pour les autres ERP.

Le Décret impose aux propriétaires et exploitants de crèches, écoles maternelles et primaires, la mise en œuvre d’un programme d’actions de prévention de la qualité de l’air intérieur, afin desoustraire les enfants aux expositions dangereuses de quatre polluants ciblés : le CO2 (confinement), le Formaldéhyde et le Benzène, qui sont deux composés organiques volatils (COV),et le tétrachloroéthylène (PCE) si l’établissement est à proximité d’un pressing. Les collectivités ont plusieurs options pour l’évaluation des risques liés à ces polluants, allant de la mesure par une société spécialisée à la simple auto-évaluation.

DomNexX lance babyc’Air pour aider les crèches à se mettre en conformité avec une solution simple et efficace

Deux options se présentent en effet aux crèches pour réaliser le diagnostic de la QAI : soit un contrôle périodique par 2 campagnes de mesures des polluants, réalisées par un organisme accrédité COFRAC, avec à la clé un plan correctif et des contre-mesures si un dépassement est constaté. Soit une démarche d’amélioration continue basée sur l’évaluation des risques (autodiagnostic) et un plan d’actions annuel.

C’est précisément pour répondre à cette deuxième option, démarche plus pérenne et proactive, que DomNexX a conçu une offre Produit/Services dédiée aux Établissements d’Accueil du Jeune Enfant (EAJE), pour leur permettre, quel que soit leur état d’avancement, de simplifier l’enjeu réglementaire et d’améliorer de manière continue les conditions sanitaires environnementales.

babyc’AIR : des capteurs 100% français couplés à une plateforme de surveillance en continu de la QAI et des conditions sanitaires

Plus qu’un relevé de la QAI à un instant T, DomnexX propose avec sa solution babyc’Air de mesurer la qualité de l’air en temps réel à l’aide de ses boîtiers 100% français, permettant une surveillance sur le long terme. Ces capteurs, mobiles et légers, se fixent facilement sur n’importe quel mur et se placent donc aux endroits optimums. Sans fil et connectés, fonctionnant sur piles, ils disposent d’une autonomie supérieure à 2 ans. Avec une très faible puissance émise (2000 fois inférieure par rapport à une solution WiFi), ils respectent parfaitement les normes des crèches et haltes-garderies.

Un seul capteur peut mesurer l’ensemble des paramètres environnementaux et détecter les incidents : Taux de CO2 (confinement), COV, Température (confort, performance énergétique), Humidité relative (aspect sanitaire). Des voyants LEDs permettent de visualiser la QAI en temps réel en local à l’aide d’un témoin lumineux : vert, pour indiquer que la Qualité de l’air est bonne, orange, qu’il est conseillé d’aérer ou ventiler, ou rouge, qu’il est impératif d’aérer ou ventiler).

Les données analysées sont également accessibles à distance sur PC, tablettes ou smartphone, ce qui permet d’être réactif en cas d’identification de niveaux de valeurs trop important, ou de voir toute récurrence de situation à problème. L’application multi-support et multi-utilisateurs, est dotée d’une interface ergonomique qui permet en effet de visualiser les données et d’interagir avec l’installation. La supervision multisites à distance est aussi proposée aux propriétaires de plusieurs établissements.

L’application est paramétrable selon différents niveaux d’informations. Elle génère des rapports automatiques de QAI avec délivrance d’Attestations de surveillance par EAJE, par pièce, par semaine… Plusieurs informations synthétiques sont disponibles : conformité à la loi, surveillance simplifiée, conditions sanitaires (plage de confort température-humidité ou « Diagramme de l’air humide »).

Une gamme complète de prestations à distance pour simplifier l’enjeu réglementaire autour de la QAI et améliorer la qualité d’accueil

En outre, DomNexX a structuré une solution complète permettant d’accompagner ses clients, publics et privés, dans la mise en œuvre de la démarche de prévention de la qualité de l’air intérieur : une prise en compte globale et vertueuse, qui inclut la recherche de sources potentielles et la définition des actions de remédiation.

Son objectif : faciliter et accélérer la mise en application de la loi sur la Surveillance QAI et des agréments pouvant y être liés, aider à la prise en main des autodiagnostics et des évaluations et sensibiliser les différents acteurs concernés aux enjeux liés à la qualité de l’air (gestionnaire de l’établissement, service de maintenance et d’entretien, enseignants, animateurs…). À cet effet, DomNexX propose également des formations-ateliers, baptisés Nexxp’Air. La sensibilisation à l’importance de la QAI est un enjeu d’autant plus fort avec l’apparition de l’épidémie mondiale sans précédent du Coronavirus !

COVID-19 : agir face au risque sanitaire aérien dans les crèches devient une véritable urgence !

Si l’OMS reconnait deux modes de transmission du virus, le contact de surfaces contaminées et les gouttelettes, depuis avril 2020, des preuves émergent sur la transmission probable du virus par aérosols (micros-gouttelettes en suspension). La persistance du virus en suspension serait de plusieurs heures, voire plusieurs jours. La survivance dans l’air, quant à elle, est de 3 heures avérées. Le confinement aurait donc une corrélation forte sur la contagion secondaire.

L’avis du Haut Conseil de Santé Publique (HCSP) daté du 17/03/2020 insiste sur la nécessité de maintenir une bonne ventilation et aération des bâtiments pour éviter toute concentration des particules virales, tout particulièrement dans les lieux d’accueil collectifs.

En plus des gestes barrières préconisés pour réduire les sources du coronavirus SARS-CoV-2 (et tout virus viable dans l’air), il convient en effet d’éliminer les polluants aériens. Pour cela, il est nécessaire de surveiller le confinement de l’air (le taux de CO2 doit être inférieur à 1000 ppm, INDICE ICONE 3 ou mieux) et de surveiller le taux d’humidité (40-60% d’humidité relative). La solution babyc’AIR permet justement de maîtriser l’ensemble de ces conditions sanitaires, avec la visualisation de l’état du local et une assistance pratique en temps réel. Simplicité d’installation et de configuration, solution made in France et aide à la décision immédiate… voici de nombreux arguments qui devraient convaincre bon nombre d’EAJE d’accélérer leur mise en conformité et, surtout, d’améliorer les conditions sanitaires et environnementales pour l’accueil de nos bambins !

Besoin d'un accompagnement ?