meteo*swift passe à la vitesse supérieure et prend son envol à l’international

A VPN is an essential component of IT security, whether you’re just starting a business or are already up and running. Most business interactions and transactions happen online and VPN
Meteo*swift fournit des prévisions de production de centrales éolienne et solaire à court terme

Plus de cinq ans après sa création, meteo*swift passe à la vitesse supérieure. La startup incubée au Tarmac jusqu’à l’été 2019 prend son envol à l’international en déployant sa solution prédictive pour les parcs éoliens terrestres / offshore ainsi que solaires.

Prédire avec précision la production d’énergie verte issue des parcs éoliens terrestres et offshore ainsi que ceux photovoltaïques, telle est l’ambition de meteo*swift. Incubée au Tarmac jusqu’à l’été 2019, date à laquelle elle a pris son envol pour s’installer à Grenoble, la startup connaît aujourd’hui une forte croissance. « En l’espace de trois ans, nous sommes passés de clients uniquement français à une présence internationale dans plus de 15 pays avec des contrats pour une grande partie en Europe, mais pas que ! », souligne Morgane Barthod, cofondatrice de meteo*swift.

Une solution de rupture

Car la particularité de la pépite fondée en décembre 2015 réside dans la mise au point d’un système permettant de prédire précisément quelle quantité d’électricité va être généré à l’instant T en se basant sur plusieurs données dont celles de Météo France. L’enjeu est de taille avec l’essor des énergies intermittentes, le moindre déséquilibre sur le réseau électrique pouvant occasionner des coupures. « Les dispositifs pour compenser cela sont souvent onéreux et polluants ». D’où l’intérêt de développer une solution Data as a Service disponible sur abonnement pour les professionnels de l’éolien et du photovoltaïque (exploitants, agrégateurs et gestionnaires de réseaux). « De manière générale, le challenge consiste à modéliser la production énergétique des parcs à partir de très nombreuses sources de données (données de vent, pression humidité, température, donnée de production remontées par les systèmes d’information des centrales…). Un casse-tête que meteo*swift adresse avec succès grâce à son savoir-faire en matière de Machine Learning, en atteste la confiance des investisseurs, l’entreprise ayant réussi sa première levée de fonds courant 2019 tout en intégrant dans la foulée le programme d’accélération AI Factory for Green Energy de Schneider Electric et Microsoft.

Une croissance portée par l’éolien offshore et une percée dans le solaire

meteo*swift poursuit sur sa lancée et intervient également dans l’éolien offshore en concrétisant notamment un important contrat quelque temps plus tard avec un des leaders mondiaux du domaine. « Les problématiques sont différentes, les éoliennes sont plus imposantes et plus rapprochées pour limiter les frais de maintenance et réduire les coûts. Cela crée un « effet de sillage » plus important. » Il s’agit de l’impact de la disposition des éoliennes les unes par rapport aux autres qui peut occasionner une moindre production des turbines placées derrière celles qui captent le plus de vent, et donc une usure plus précoce, tandis que les autres reçoivent moins de flux et plus de turbulences. « Ce phénomène doit donc être intégré dans nos modèles prédictifs, entre autres en modélisant pour une ferme le comportement de chaque éolienne ». Plus récemment, l’entreprise s’est lancée dans la prédiction de production à destination des parcs photovoltaïques. « La technologie s’avère différente, le soleil étant plus prévisible que le vent ! » Seulement voilà, les données météorologiques traditionnelles ne suffisent pas. « Il faut savoir détecter quand un nuage va passer au-dessus du parc. Pour ce faire, il faut ajouter les images satellitaires. » En ce sens, la startup a intégré, il y a peu, un programme de l’agence spatiale européenne afin « d’acquérir plus d’expertise et d’expérience sur ces données ».

 

Morgane Barthod, cofondatrice de Meteo*swift
« meteo*swift fournit des prévisions de production de centrales éolienne et solaire à court terme (jusqu’à 16 jours, avec une spécialisation sur les prévisions intraday et day-ahead) », souligne Morgane Barthod, cofondatrice de meteo*swift .

Monter en puissance

meteo*swift s’internationalise de plus en plus. « Nous sommes passés de contrats de tests de quelques mois à des contrats opérationnels de plusieurs années. Nous avons comme objectif de doubler la taille de notre portefeuille de prévision d’ici la fin de l’année ». Basée sur un modèle d’affaire « Data as a Service », la startup fournit sur abonnement des données prédictives à ses clients une à plusieurs fois par jour suivant la fréquence souhaitée. Celles-ci permettent de prédire la production à l’instant T afin de l’équilibrer vis-à-vis de ce que le réseau électrique peut absorber. Comptant 17 personnes actuellement dont trois associés et quatre investisseurs, la jeune pousse a également remporté le concours mondial d’innovation – phase 3 (Global Innovation Challenge) suite à l’appel à manifestation d’intérêt ouvert du 1er avril au 28 avril 2020. Ce qui augure une prochaine levée de fonds qui interviendra d’ici la fin de l’année – début 2022 pour permettre d’accélérer l’internationalisation de ses services et le développement d’une solution de modélisation numérique des parcs et de son environnement intégrant des algorithmes de deep learning et des modèles météorologiques plus classiques. meteo*swift prévoit de recruter cette année des gestionnaires clients aux profils technico-commerciaux afin de développer davantage ses services, notamment à l’international.

 

En savoir plus : https://www.meteoswift.fr/

Besoin d'un accompagnement ?

Menu de navigation

Sports & Loisirs

Annuaire

Cvthèque

Offres d'emplois

Le Mag

L'agenda

My ino