NH TherAguix lève 1,1 millions d’euros pour poursuivre son expansion clinique à travers des essais de phase 1 et 2

NHTherAguix - Géraldine Le Duc

NH TherAguix vient de clore avec succès son opération de levée de fonds annoncée au printemps et a réalisé une augmentation de capital de 1,1 millions d’euros, souscrite à travers la plateforme PRE IPO Invest Securities. Ce qui permettra à la jeune startup incubée au Tarmac depuis mars 2017 de poursuivre son expansion clinique à travers un essai clinique de phase 2 et de nouveaux essais cliniques de phase 1/2.

NH TherAguix développe un nanomédicament pour améliorer le traitement des cancers : injectable par voie-intraveineuse avant le traitement de radiothérapie, AGuIX® est une nanoparticule conçue pour avoir trois actions clés contre les tumeurs : un ciblage sélectif des tumeurs, une augmentation de l’efficacité locale de la radiothérapie, couplée à une meilleure délinéation de la tumeur par imagerie IRM. Cette action thérapeutique combinée à des propriétés d’agent de contraste la positionne comme un médicament théranostique (c’est-à-dire, à la fois de diagnostic et de traitement).

Les enjeux de NHTherAguix : maximiser l’effet de la radiothérapie

La radiothérapie, combinée ou non avec la chimiothérapie, est l’un des principaux traitements thérapeutiques contre le cancer avec la chirurgie. Environ 60% des patients atteints de cancer reçoivent une radiothérapie pendant leur traitement. Un des principaux défis de la radiothérapie est de fournir une dose d’irradiation suffisante dans la tumeur, tout en épargnant les tissus sains environnants. Or aujourd’hui, la dose délivrée aux tissus sains environnants est limitante dans de nombreux cas, alors qu’une augmentation de la dose permettrait un meilleur traitement des patients. C’est là qu’AGuIX® peut jouer un rôle clé :

  1. Cette nanoparticule se fixe sélectivement dans les tissus tumoraux. Une fois la tumeur ciblée, AGuIX® se comporte comme un agent de contraste pour l’IRM permettant d’améliorer la localisation de la tumeur lors de l’IRM et de délimiter celle-ci de manière très précise.
  2. Elle amplifie l’efficacité du rayonnement localement dans la tumeur, en augmentant le potentiel différenciateur entre les cellules saines et les cellules tumorales et en concentrant les rayons sur la tumeur.

 

 

Des résultats encourageants pour AGuIX® en phase 1 NANORAD (métastases cérébrales)

La première injection « in man » a été réalisée en juillet 2016 au CHU de Grenoble, dans le cadre de l’étude clinique NANORAD, pour le traitement de patients atteints de métastases cérébrales. À ce jour, 12 patients sur 15 ont été engagés dans l’essai qui doit se terminer à l’automne.

Feu vert pour le 2ème essai de Phase 1 NANOCOL (cancer col de l’utérus)

Le 11 août dernier, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a donné son feu vert pour initier l’essai clinique de Phase 1b NANOCOL, qui concernera des patientes atteintes de cancer avancé du col de l’utérus. Financé par un programme hospitalier de recherche clinique (PHRC), cet essai clinique sera mené par l’Institut Gustave Roussy à Paris sur plusieurs centres hospitaliers.

Il s’appuiera sur les résultats de faisabilité et la tolérance acquis lors de l’essai de Phase 1 NANORAD (métastases cérébrales), en cours de finalisation au CHU de Grenoble. L’objectif principal de ce second essai de NANOCOL est de démontrer, sur un cancer primaire et par escalade de dose, la bonne tolérance d’AGUIX dans le cadre d’un protocole de soins standards, associant déjà radiothérapie, chimiothérapie et curiethérapie. En complément, les qualités théranostiques d’AGuIX seront largement étudiées.

2 nouvelles recrues sont venues renforcer l’équipe de 4 personnes, avec l’arrivée d’un chimiste à Lyon et d’un biologiste pré-clinique à l’Institut Gustave Roussy et l’équipe travaille actuellement à une levée de fonds de type Série A.