« Paroles de dirigeants » : rencontre avec Jean-Jacques Hirsch

blog_un- article HirschComment a démarré l’histoire d’EDT (Electronic Data Transfer) ?

Mon aventure professionnelle a démarré chez HP, en tant que chef de produit. L’entreprise m’a alors financé une formation continue à l’INM (Institut Nationale du Marketing), ce qui m’a permis de travailler sur des études de cas. C’est à ce moment-là qu’est née l’idée d’EDT. A la fin de ma formation, en Juin 1989, HP me propose de partir aux USA dans le cadre de l’essaimage mais je vais plutôt choisir de démarrer mon entreprise (malgré cette promotion!). D’ailleurs, ma rencontre avec André Meyer (« parrain » d’HP à cette époque) me confortera dans cette idée qu’il y a une bonne opportunité sur le marché. Mon activité correspondait en tout point aux besoins d’HP à cette époque ! EDT est donc née « from scratch », un 24 décembre 1989,  dans des petits locaux sur inovallée, avec juste une secrétaire, sans client ni ressources.

L’année 1990 marquera ensuite un tournant dans ma vie professionnelle et personnelle … 4 mois après la création de la société, je m’apprête à passer devant un jury pour défendre mon dossier suite à un important appel d’offre (consultation EDIFICE – opérateur télécom), quant au même moment j’apprends que je dois partir à Sri Lanka pour aller chercher mon enfant adopté. Le 14 avril me voilà donc dans l’avion alors que je dois passer mon grand oral 8 jours après. Un aller-retour à Genève pour défendre mon projet et une fois de retour en France, avec mon fils, je découvre que je viens de remporter l’appel d’offre.

Cette histoire restera mon meilleur souvenir … avec 2 bébés la même année !

3 mots pour présenter votre activité …

EDT est une société de services dans une niche technique puisqu’il s’agit de fournir des solutions dématérialisées sur le marché de l’EDI (Echange de Données Informatisées), dans les normes internationales (supply chain). Nos prestations d’intégrateur de solutions se sont étoffées avec le développement des services cloud en 1998. Aujourd’hui EDT compte 250 clients dont DIM, CASTORAMA, CANAL +, M6 etc. Depuis 3 ans, nous nous sommes ouverts à l’Europe et l’année dernière, une filiale a été créée à Sri Lanka (centre de support et de développement). Nous travaillons sur l’ouverture d’une prochaine structure en Angleterre.

Était-ce le métier dont vous rêviez étant petit ?

Absolument pas … juste une forte envie d’entreprendre ! Il me plaît à dire que je suis un inventeur, avec le sens du business, de l’innovation (par l’idée) et de l’écoute du client.

Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre métier ?

Réussir à consolider les partenariats sur du long terme et surtout entendre les clients dire que nous sommes fiables et constants dans nos relations. EDT a réussi évoluer et grossir car nous avons su trouver des clients pionniers. Ce qui caractérise notre différenciation est d’avoir pu bénéficier des bons « inputs » de la part de nos clients. Il faut être attentif car le marché se durcit et la techno évolue vite ! Aujourd’hui, il ne reste que 10 acteurs ayant la même activité que nous.

Que conseilleriez-vous à de jeunes créateurs ?

Deux conseils importants : la valeur ajoutée et la ténacité (partagée).

  • Le 1er, c’est de s’interroger sur la valeur ajoutée à apporter à leurs clients et sur les éléments de différenciation qui vont inciter les clients potentiels à privilégier leur offre.
  • et le second, c’est la ténacité et la volonté de tenir le cap, avec bien sûr l’accord de son (sa) conjoint(e).

J’ai accompagné de nombreuses start-up en tant que mentor au Tarmac d’inovallée et le message que j’essayais de faire passer et de rester fidèle à ces règles d’or. Pour ma part, je toujours fais la même chose depuis le début, avec certes des évolutions, qui permettent d’enrichir notre quotidien. Par exemple après l’adoption de notre enfant, mon épouse et moi avons souhaité suivre l’association qui nous a aidé et avons dirigé pendant 10 ans une ONG qui œuvre à Sri Lanka, à Madagascar et en Indonésie. Une bonne manière de continuer l’action que nous avions entrepris à l’époque !

Pour en savoir + sur l’entreprise