Après le concours d’innovation PIA3 de l’Adème, Odit-e remporte 2 projets H2020 autour de la thématique des « Communautés énergétiques »

Odit-e, jeune startup créée au Tarmac en juillet 2017, développe et commercialise des logiciels à destination des Gestionnaires de Réseaux de Distribution (GRD), afin de faciliter la planification, l’exploitation et la maintenance des réseaux de distribution Basse Tension. Lauréat du concours d’innovation PIA3 et de 2 projets européens H2020, la Jeune Entreprise Innovante prouve, à l’échelle mondiale, la pertinence de ses solutions pour accompagner la transition énergétique.

En mai 2018, Odit-e a remporté un Concours d’innovation opéré par l’Adème, accompagné d’une aide substantielle de 300 000 €, sur la thématique « Energies Renouvelables ». Financé par le Programme d’investissements d’avenir (PIA), le concours d’innovation PIA3 est dédié aux projets innovants monopartenaire, portés par des start-up et PME à partir de 600.000 € de dépenses. Ce concours d’excellence conduit à favoriser l’émergence accélérée d’entreprises leaders dans leur domaine. L’ADEME en est l’opérateur pour les innovations destinées à accélérer la transition énergétique et environnementale.

Nommé « Utilit-e », le projet de recherche et développement porté par Odit-e vise à prédire les impacts des nouveaux raccordements de sources d’énergies renouvelables dans le réseau basse-tension. L’objectif est d’optimiser les réseaux existants tout en limitant les investissements. Avec une approche data driven, la startup travaille sur le développement d’un logiciel de modélisation empirique du réseau basse tension, basée sur les données issues de compteurs communicants.

Accompagner la transition énergétique sur les réseaux électriques basse tension

Face aux enjeux de la transition énergétique, impliquant le passage d’un système aux ressources sans limites à un système hautement contraint, les réseaux électriques de distribution basse tension connaissent une véritable révolution. Leur organisation doit impérativement changer pour s’adapter à des productions d’énergies intermittentes et décentralisées que sont les énergies renouvelables (panneaux photovoltaïques notamment), mais aussi à l’arrivée de nouvelles consommations, comme la recharge des véhicules électriques, qui menacent de déstabiliser le réseau et de provoquer des coupures et des surtensions sans réaction de la part des gestionnaires. « Or aujourd’hui, les installations basse tension sont exploitées de manière très rustique et dimensionnées suivant des règles approximatives. Le réseau basse tension est aveugle : il n’est ni monitoré, ni téléconduit », explique Philippe Deschamps, l’un des 6 co-fondateurs d’Odit-e.

Modéliser le réseau pour l’exploiter différemment

L’innovation de rupture proposée par Odit-e, basée sur du machine learning et de l’intelligence artificielle, consiste à opérer le réseau sans ses caractéristiques, ni ses plans. En s’appuyant sur des méthodes mathématiques d’apprentissage automatique et des données réelles, le logiciel permettra aux GRD d’optimiser des réseaux Basse Tension très déséquilibrés, avec de forts taux d’énergies renouvelables. « Notre solution, intégrant des algorithmes prédictifs, va appréhender le fonctionnement du réseau et ses variations de charges pour le recomposer et le rendre plus efficient. En résumé, les solutions développées par Odit-e répondent à 4 grands enjeux :

  • maximiser l’insertion d’énergies renouvelables en adaptant les variations de charges
  • minimiser les pertes dans les réseaux en détectant les energies non facturées
  • optimiser les choix d’investissements en offrant des outils d’aide à la décision
  • visualiser l’état du réseau en terme de courant et de tension

D’un point de vue opérationnel, la startup agit aussi sur la diminution des coûts d’exploitation et la réduction des temps de dépannage.

Poursuivre la R&D grâce aux financements européens des 2 projets H2020 gagnés

Fin novembre, le travail réalisé par les équipes d’Odit-e, constituées de spécialistes des réseaux de distribution électriques et de chercheurs de l’INP, a été de nouveau récompensé : lauréate de 2 projets H2020, au sein de consortium composés d’acteurs de l’énergie sur la thématique des « Communautés énergétiques, INEA pour les réseaux islien en Norvège et ENEDIS pour les isles energétiques en Indela startup du Tarmac pourra donc mobiliser des financements européens afin de poursuivre ses travaux de recherche et développement. Quand on sait que le taux de réussite de ces appels à projets se situe entre 2 et 15% pour les entreprises françaises, on mesure mieux l’impact que peuvent avoir ces récents succès pour Odit-e !

Des expérimentations aux 4 coins du monde

En parallèle, plusieurs POC sont en cours d’expérimentation en Finlande ou encore en Espagne, aux côtés d’intégrateurs tels que Schneider Electric, montrant déjà d’excellents résultats. La jeune startup prépare également sa venue sur le CIRED, International Conference on Electricity Distribution, en juin 2019.  Lors de ce salon européen de référence, qui a lieu à Madrid tous les deux ans, Odit-e présentera 2 papiers cosignés par ses clients. Chaque année, environ 500 papiers sont publiés, 200 font l’objet d’un poster et une cinquantaine seulement font l’objet d’une présentation en plénière.

Odit-e a par ailleurs déposé deux brevets en France et a reçu l’autorisation d’exploitation de brevets issus de Schneider Electric. La jeune startup, qui compte aujourd’hui 8 personnes, prévoit une levée de fonds en 2019 et vise un chiffre d’affaires de 300.000 € d’ici la fin de l’année 2019. Gageons que cette startup prometteuse n’a pas fini de faire parler d’elle !