Avec ses ASIC/SoC full-custom, IC’Alps répond aux enjeux de miniaturisation et de performance de secteurs de pointe (santé, certains objets connectés, aéronautique…)

Jeune Entreprise Innovante créée en mars 2018 sur inovallée, IC’Alps conçoit et développe des circuits intégrés complexes, numériques, analogiques ou à signaux mixtes, appelés ASIC/SoC*, 100% personnalisés. Soutenue par le groupe industriel familial DOLIAM, avec un financement de 3,3 millions d’euros, IC’Alps démarre son activité sur les chapeaux de roue, visant une quarantaine de collaborateurs d’ici fin 2019. La jeune pousse, active dans les marchés de pointe comme le médical, certains objets connectés ou le spatial (non exhaustif), met la barre très haute quant à ses exigences de qualité.

Positionnée sur la conception et la réalisation de puces électroniques ASIC / SoC sur-mesure, IC’Alps accompagne ses clients dès la naissance de leurs idées, en commençant par l’étude de faisabilité jusqu’à la production des circuits, couvrant les étapes de développement, prototypage et d’industrialisation, intégrant également la gestion de la supply chain. IC’Alps dispose en outre d’un laboratoire en interne pour réaliser les tests préliminaires. « Nous avons fait le choix d’intervenir sur l’ensemble de la chaîne de valeur afin de devenir un guichet unique pour nos clients et pour leur simplifier la gestion. Nous livrons des circuits clé en main, entièrement testés et prêts à l’emploi », explique Jean-Luc Triouleyre, CEO et co-fondateur. « Nous sommes garants du haut niveau de qualité de nos développements, ce qui nous permet de nous inscrire dans une relation long terme avec nos clients. Ainsi, nos clients peuvent se concentrer sur leurs propres savoir-faire et leurs innovations, nous prenons en charge pour eux l’électronique. Nous sommes en quelque sorte les artisans du semi-conducteur, quand les généralistes, avec une offre de circuits standards, ne suffisent plus », renchérit Rémy Girin, responsable commercial.

Personnalisation, performance et protection : les avantages de l’ASIC

Le monde de l’informatique, mais aussi celui des télécommunications et du multimédia, ont été envahis ces dernières années par les ASIC. Le recours à l’intégration (ASIC) permet d’améliorer la qualité, les performances et le coût des systèmes développés. Les circuits dits « mixtes » associent des parties analogiques à d’autres numériques. L’usage de solutions analogiques dans les systèmes électroniques est une nécessité induite par les signaux à traiter ou à fournir en provenance de capteur(s) / MEMS ou pour le pilotage d’actionneur(s).

L’ASIC permet une personnalisation du fonctionnement du circuit selon l’utilisation qui en est spécifiée. Autrement dit, l’ASIC est un circuit intégré exclusivement dédié à une application et à un client. Sur une même puce, le circuit intègre en effet l’ensemble des éléments actifs indispensables pour qu’une fonction, ou qu’un ensemble électronique, puisse être réalisé de façon optimisée. Il s’oppose en cela aux circuits intégrés standards, destinés à répondre aux besoins du plus grand nombre, pour lesquels il faut souvent en assembler plusieurs afin de réaliser une fonction similaire à celle faite via l’ASIC. Par ailleurs, la personnalisation du circuit lui confère un avantage industriel majeur, celui de la confidentialité, garantissant une plus grande protection de la propriété intellectuelle. Cet avantage s’accompagne d’une augmentation de la densité d’intégration et de l’adaptation des performances aux besoins (vitesse de fonctionnement, consommation, etc.).

La miniaturisation, un enjeu de taille pour le secteur de la santé !

Pour un grand nombre d’applications, notamment dans le domaine de la santé, l’intérêt de l’ASIC / SoC réside également dans sa capacité de miniaturisation. Les possibilités de miniaturisation des systèmes ouvrent en effet des perspectives très intéressantes, notamment pour la conception d’objets sophistiqués, implantables dans le corps humain, dans le but de l’explorer et suppléer des fonctions déficientes : c’est le cas par exemple des Pacemaker, des implants auditifs… L’enjeu réside dans le faible encombrement des dispositifs introduits, mais également dans la réduction de la consommation, pour éviter toute surchauffe, toujours dans l’objectif de procurer un meilleur confort de vie au patient.

Cette miniaturisation implique l’utilisation d’architectures innovantes, posant de formidables défis : Comment optimiser l’architecture, en prenant en compte le couple matériel/logiciel ? Comment en garantir le bon fonctionnement ? La dispersion relative des procédés augmente avec la miniaturisation et la densification, alors comment garantir la fiabilité et la durée de vie des produits ? Comment optimiser les coûts de fabrication ? Faire appel aux experts de IC’Alps prend alors tout son sens. Toutes les opérations, de la conception à la fabrication, sont effectuées de façon méthodique et adaptée aux exigences de l’utilisation : taille du composant, interfaces, placement des transistors, routage des interconnexions… Tout est optimisé dans les moindres détails !

Une expertise sur le secteur médical confortée par la certification ISO 13485 en cours

Dans une phase de réflexion active sur ses futurs produits, DOLIAM, groupe industriel familial français , a choisi d’accompagner IC’Alps dès sa création via un investissement de 3,3 M€ sur 2 ans. Fortement impliqué au sein d’un portfolio varié de startups et de sociétés industrielles, proposant des produits innovants pour des applications médicales, le groupe détient notamment la société Vermon, basée à Tours, leader mondial dans le développement et la production de sondes échographiques pour diverses applications (obstétrique, cardiaque, circulatoire, etc.).

Tant dans le cadre de son étroite collaboration avec l’ensemble des sociétés du groupe que pour ses autres clients externes, IC’Alps travaille activement à des améliorations significatives de performances, mais également sur la miniaturisation extrême des circuits, la réduction de la consommation et la longévité de ses solutions. L’ambition d’IC’Alps est de devenir un acteur européen reconnu dans les applications médicales, avec l’objectif de réaliser 50% de son activité au service des besoins MedTech / HealthTech. Ce positionnement lui permet de couvrir tout type d’applications : assistance à la personne, diagnostiques médicaux, systèmes invasifs, implants médicaux, etc. Dans une optique d’excellence, IC’Alps a initié une démarche de certification ISO 13485, garantissant un management de la qualité spécifique aux dispositifs médicaux.

Perspectives de développement :  et pourquoi pas un circuit intégré sur étagère pour fin 2019 ?

Outre cette certification ISO13485, l’entreprise s’engage dans un plan de qualité complet pour obtenir également les certifications ISO 9001 et EN9100 (aéronautique, spatial et défense).  Son savoir-faire est en effet transposable sur de nombreuses applications et la société réalise déjà 50% de son chiffre d’affaires sur des marchés industriels, IoT, etc. Des applications aux temps de cycles plus courts que pour des dispositifs médicaux implantés, qui lui permettent de compléter ses activités et contribuent activement à son développement.

Pour soutenir sa croissance et ses ambitions, la jeune société meylanaise cherche à atteindre rapidement une masse critique avec une quarantaine de collaborateurs d’ici la fin 2019, soit presque doubler ses effectifs actuels (22 collaborateurs + 5 prestataires sur la fin 2018). Parmi ses perspectives de développement, IC’Alps réfléchit également à lancer un circuit intégré ASIC sur étagère pour fin 2019. Nous pourrons partager plus d’informations d’ici quelques mois. De biens beaux challenges à suivre de très près donc !

 

*Application Specific Integrated Circuit (circuit intégré dédiéà une application) /System on Chip (système sur puce).