Dassault Systèmes : une technologie de rupture unique au monde pour renforcer la sécurité des systèmes embarqués

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
A VPN is an essential component of IT security, whether you’re just starting a business or are already up and running. Most business interactions and transactions happen online and VPN
Dassault Systèmes Stimulus

Deux ans après son acquisition par Dassault Systèmes de la startup martinéroise Argosim, la business unit désormais intégrée au sein de la plateforme 3DExperience du groupe français, vient de s’implanter sur Inovallée. Elle développe une technologie unique au niveau mondial permettant de spécifier et simuler les exigences fonctionnelles lors de la définition du cahier des charges afin d’en assurer la cohérence et l’exhaustivité.

Spin-off issue en 2013 du laboratoire Verimag, une unité de recherche mixte entre le CNRS, Grenoble INP et l’UGA, Argosim a été pleinement intégrée, en janvier 2019, dans le groupe Dassault Systèmes. Une acquisition qui fait suite au développement d’une technologie unique à l’échelle mondiale. Deux ans après cette opération de croissance externe, le développement s’accélère, les commandes sont au rendez-vous, tandis que les perspectives de croissance s’avèrent significatives pour les prochaines années tant sur le chiffre d’affaires que sur les recrutements.

Une technologie de rupture, exclusive pour gagner en efficacité et en productivité

Historiquement implantée sur le campus de l’UGA à Saint-Martin-d’Hères, la startup a été fondée pour valoriser les travaux effectués au sein du laboratoire Verimag. « Au départ, elle était faite pour tester les systèmes embarqués. Très rapidement, nous avons réalisé un pivot pour en faire un outil de simulation et de validation des exigences à destination des systèmes complexes », indique en préambule Fabien Gaucher, ex-PDG d’Argosim désormais directeur R&D chez Dassault Systèmes du domaine Exigences, Tests et Validation. Baptisé Stimulus, la solution part du constat que 70 % des erreurs sont introduites en phase de spécifications des exigences, celle-ci étant principalement réalisée sur papier et crayon. « De cet état de fait, nous avons développé un logiciel capable de formaliser ces exigences afin d’en détecter les erreurs plus facilement et plus rapidement ». Concrètement l’application tournant sous Windows va permettre de réécrire les exigences dans un format particulier. Un compilateur va les transformer en contraintes qui seront résolues par un solveur « maison ».

Identifier les erreurs en amont du cycle de développement

Le gain est conséquent et revêt plusieurs aspects : gain d’efficacité, économies substantielles, risque d’erreurs fortement réduit… « Notre technologie permet de valider les systèmes au plus tôt, avant même la première ligne de code. En détectant les erreurs, elle réduit significativement les itérations dans le cycle de développement. Auparavant, il fallait trouver les erreurs d’exigences, les réécrire, requalifier les contrôleurs, les retester… Refaire un cycle de développement coûte des millions. Autant de temps et d’économies réalisés avec notre solution ». Stimulus se base sur une approche stochastique pour contrôler et modéliser les incertitudes ce qui s’avère essentiel dans la spécification des systèmes cyber-physiques. Avec l’émergence d’une réglementation plus stricte au niveau des systèmes automobiles, notamment sur le plan des performances et de la fiabilité des systèmes embarqués dans les véhicules autonomes, cette brique technologique prend tout son sens, en validant les exigences de conception en amont afin d’accélérer la mise sur le marché des produits, fiables et robustes. « Par exemple, la problématique de description d’un changement de voie dans un véhicule autonome  s’exprime très bien avec des exigences. Grâce à son intégration dans la plateforme 3DExperience de Dassault Systèmes, Stimulus permet désormais d’effectuer la traçabilité, de gérer les exigences à travers une base de données et d’analyser la sûreté des systèmes embarqués ».

Une visée internationale pour une brique technologique unique qui a déjà permis de multiplier par 5 le CA !

Pleinement intégrée à Dassault Systèmes, l’entité Argosim a disparu, mais l’équipe a évidemment été conservée pour poursuivre le développement de la solution. « Nous venons tout juste de quitter le campus martinérois pour nous installer sur 260 m² dans des locaux flambant neufs, au Signal à Meylan ». Parallèlement, les effets de l’acquisition par le groupe Dassault ne se sont pas fait attendre ! « Nous avons gagné un réseau commercial international avec des marchés directs. Tout est plus simple ! Nous partions d’une structure avec un commercial en France, un en Grande-Bretagne et un réseau de distributeurs, aujourd’hui, c’est le monde qui s’ouvre à nous ». Et ça marche ! « Nous venons de réaliser dans le secteur automobile une commande plus importante que l’ensemble des levées de fonds cumulées d’Argosim  ». Ce logiciel, commercialisé sous licence perpétuelle avec une maintenance annuelle, amène une transformation du métier d’ingénieur qui pourrait bien être similaire à celle du BIM (Building information modeling). Ce n’est que le début ! « Nous sommes en train de porter notre application Windows en application web afin de renforcer l’intégration aux autres outils de la plateforme 3DEXperience ».

À ce titre, ce domaine de Dassault Systèmes, comptant 12 personnes, est amené à grandir dans les années à venir pour atteindre une vingtaine de collaborateurs d’ici quatre à cinq ans tandis que le CA a d’ores et déjà été multiplié par 5 !

Besoin d'un accompagnement ?

Menu de navigation

Sports & Loisirs

Annuaire

Cvthèque

Offres d'emplois

Le Mag

L'agenda

My ino