My Digital Buildings : quand l’art du jumeau numérique dépasse les frontières du BIM

Le BIM, pilier du smart building

BIM vient de l’anglais Building Information Modeling qui se traduit par Modélisation des Informations (ou données) du Bâtiment. Le BIM est donc une maquette numérique d’un bâtiment ou d’une infrastructure, qui offre une représentation digitale de ses caractéristiques physiques et fonctionnelles. Cette maquette numérique structurée permet une collaboration entre tous les intervenants d’un projet, soit par des échanges de données, soit en permettant une intervention sur un seul et même modèle.

En effet, la maquette numérique contient toute l’information technique nécessaire à sa conception, sa construction, les opérations préalables à sa recette (intégration, essais, vérifications, certification), son entretien, ses réparations, d’éventuelles modifications ou agrandissements et sa déconstruction. Le fichier numérique n’est pas un simple catalogue d’objets positionnés dans l’espace puisqu’il comprend aussi une description des relations entre objets et de leurs propriétés

Les avantages de la conception BIM sont multiples, pour tous les intervenants et à toutes les étapes d’un projet, qu’ils soient maîtres d’ouvrage, architectes, ingénieurs … et même usagers du bâtiment.

En 2014, l’architecte Thierry Parinaud proposait la définition suivante :

« Le BIM est la représentation géométrique d’un bâtiment en 3D, réalisée sur ordinateur en vue de l’analyser, de le contrôler et d’en simuler certains comportements. Le BIM est donc un ensemble structuré d’informations sur un bâtiment, existant ou en projet. Il contient les objets composant le bâtiment, leurs caractéristiques et les relations entre ces objets. Ainsi, la composition détaillée d’un mur, la localisation d’un équipement ou d’un élément de mobilier dans une pièce, font partie du BIM. Ces informations complètent la description purement géométrique de la forme du bâtiment, produites par certains logiciels. »

Du BIM au jumeau numérique : la révolution d’usage de My Digital Buildings

La modélisation numérique d’un bâtiment se fait généralement à l’étape de conception : ainsi la plupart des ouvrages récents ou en constructions possèdent déjà un BIM.

En revanche, les ouvrages et bâtiments plus anciens en sont le plus souvent dépourvus, ce qui pose de nombreux problèmes de gestion et de maintenance pour leurs propriétaires et gestionnaires. La solution : le scan to BIM. Un scanner 3D capture un état 3D précis du bâtiment ou de l’infrastructure. Ces données servent servent ensuite à aux équipes en charge de la modélisation 3D (produire la maquette BIM à partir des nuages de points) .

C’est la première brique apportée par My Digital Buildings, qui est capable de scanner plus rapidement que quiconque et avec les mêmes degrés de précision un bâtiment ou une infrastructure pour obtenir une modèle 3D (nuage de points) servant de base pour réaliser la maquette BIM.

Mais surtout, la startup apporte un vrai plus par rapport à ses concurrents puisqu’elle propose de créer un jumeau numérique web du bâtiment. En plus des données 3D, leurs scanners captent systématiquement des photos panoramiques haute définition ce qui leur permet de proposer une visite virtuelle façon Google Street View pour naviguer dans le bâtiment à distance et directement depuis le navigateur web. Les photos sont superposées à la 3D, ce qui permet, par exemple, de prendre des mesures directement dans l’image.

L’utilisateur peut ainsi passer aisément d’une vue à l’autre, du plan, 2D, à la visite virtuelle en images réelles avec des points d’intérêts (ex : salle de réunion à réserver, guidage vers un magasin de centre commercial …), au modèle 3D du bâtiment avec toutes les informations techniques (schémas électriques, implantation des extincteurs, schémas de ventilation, etc). »  

Et les cas d’usage d’une telle technologie sont nombreux, comme le prouve la diversité des premiers contrats en cours de négociation. Quelques exemples :

Prévention des TMS (Troubles Musculo Squelettiques)

L’absentéisme au travail est un fléau national, a fortiori dans l’industrie où les TMS sont responsables de 20% des arrêts de travail et peuvent représenter jusqu’à 211 jours d’absentéisme par salarié touché. Fort de ce constat, Dassault Systèmes, a développé une solution d’audit semi-automatique et a prévu de faire appel à la technologie de My Digital Buildings pour modéliser tous les postes de travail d’une usine, afin d’identifier les postes à risques et de dresser des préconisations préventives.

Un test grandeur nature qui pourrait ouvrir de vrais débouchés à la startup dans la mesure où un projet de loi est en cours d’élaboration pour subventionner ce type d’audits dans les entreprises industrielles de plus de 250 salariés.

Industrie 4.0 et IOT

Dans le cadre du projet Territoires et Solutions, My Digital Buildings vient de rejoindre les partenaires de l’expérimentation (CEA Tech, Adeunis RF, Jyse, Elichens) pour numériser la Maison Minatec.

L’avatar numérique obtenu vise plusieurs objectifs :

– mettre en place une visite virtuelle pour les clients et prospects de la maison Minatec comme lieu événementiel
– simplifier la maintenance du lieu ainsi que l’organisation des événements – offrir une interface visuelle pour l’ensemble des applications de gestion du bâtiment, notamment la visualisation de capteurs IoT et l’accès à leurs données temps réel en lien avec les sociétés Adeunis, Orange, Jyse et Elichens
– tester une application mobile de localisation et de guidage dans le bâtiment sans infrastructure déployée (technologie basée sur de la reconnaissance d’images notamment).

Promotion et accueil des visiteurs

Enfin, My Digital Building a numérisé l’Atelier numérique, qui abrite l’incubateur Tarmac G, un hôtel d’activité dédié aux technologies numériques, l’appartement connecté de l’Equipex piloté par Inria, et un atelier de prototypage rapide.

L’objectif de ce jumeau numérique, commandé par inovallée, est double :

  • promouvoir le bâtiment via une visite virtuelle immersive qui sera disponible sur le prochain site internet de la technopole et de son incubateur Tarmac
  • faciliter l’accueil et l’orientation des visiteurs (dans le bâtiment se côtoient entrepreneurs, chercheurs et étudiants), grâce à la mise en place à moyen terme d’une borne interactive qui leur permettra de repérer et de mieux connaître les startups présentes dans le bâtiment en s’interfaçant avec le système d’information d’inovallée.