inovallée renforce sa marque territoriale pour favoriser l’attractivité des entreprises

Le 2 avril dernier, inovallée recevait (dans l’Amphithéâtre d’Orange Labs – Meylan) ses dirigeants, ses partenaires (acteurs économiques locaux public / privé) et ses salariés à l’occasion de son Assemblée Générale. Rebaptisé « l’annuel » depuis 2017, ce temps fort était placé sous le signe de « l’impossible »… Thème inspirant et inspiré d’un certain Jules Verne qui disait : « Tout ce qui est impossible reste à accomplir ! »

inovallée a donc mis l’accent cette année sur l’ambitieux projet qui a été initié il y a plus d’un an… celui de redessiner les lignes de son modèle et de restructurer ses actions autour d’une vision nouvelle !  Pour ce faire, il était important en préambule que les participants comprennent les tenants et les aboutissants de cette année 2018, quelque peu « inhabituelle »… où il a fallu maintenir le rythme des actions d’accompagnement quotidiennes tout en relevant le challenge de « changer le moteur de l’avion en plein vol ».

Etre en phase avec les problématiques des entreprises et des salariés

Pour donner « le LA » de son Assemblée Générale… l’équipe a démarré la soirée en présentant les grandes actions terrain qu’elle a menée en 2018 (sous forme de vidéos), à travers 2 thèmes :

  • L’attractivité du territoire pour attirer des porteurs projets, les aider à se développer (en attirant et fidélisant les talents) et contribuer à faire décoller des startups grâce au Tarmac (Voir la vidéo)
  • L’accompagnement entrepreneurial et logistique pour soutenir les entreprises et les dirigeants dans leur quotidien (Voir la vidéo).

Au compteur, l’équipe d’inovallée et du Tarmac a réalisé plus de 120 événements : ateliers, workshops, journées thématiques, meetups industrialisation, événements de sensibilisation à l’entrepreneuriat, forum emploi, temps forts festifs (barbecue, cross, village mobilité etc.)… réunissant plus de 3 000 participants.

Le Tarmac a également accueilli 8 délégations étrangères, intégré 4 projets French Tech Visa, accompagné ses startups sur des salons d’envergure (SIDO, MOUNTAIN PLANET, VIVATECH)…

Sur la partie infrastructures, inovallée a vu son parc se moderniser grâce aux nombreux programmes immobiliers en cours (10 800 m2 de surfaces disponibles et 38 000 m2 en pré-commercialisation) et aux améliorations significatives en termes de transports en commun (nouvel arrêt de la chrono 1, itinéraire ChronoVélo prolongé, création prochaine d’un pôle d’échanges multimodal et terminus de la Chrono 1 jusqu’à Pré de l’Eau à l’horizon 2020…) et d’autopartage (avec la création d’une place CITIZ à Montbonnot). L’association a profité de ces nouveaux aménagements pour étoffer son offre de services avec le déploiement massif de la fibre, dorénavant accessible à toutes les entreprises via une formule d’abonnement attractive (à partir de 45€ par mois) ainsi qu’un service de gardiennage pour sécuriser toute la technopole le soir et le week end).

Sur le volet qualité de vie au travail, ce sont 32 activités sportives et culturelles qui sont proposées chaque jour à l’ensemble des salariés (entre midi et deux), ainsi qu’une Carte Avantages diffusée aux salariés, donnant accès à des réductions dans plus de 30 enseignes locales.

Enfin, pour valoriser l’excellence de ses entreprises et donner du corps à ses actions, l’équipe de la communication d’inovallée et du Tarmac a publié 1 440 articles sur son blog (relayés sur des newsletters ciblées et envoyées à 6 200 abonnés), multiplié par deux le nombre de vues sur Facebook et le nombre de Tweets par rapport à 2017 et également mis en ligne 22 nouvelles vidéos sur Youtube.

Repenser les parcours, optimiser les process, clarifier l’offre de services… zoom sur les premières concrétisations

Face à l’émergence de nouvelles tendances (marque employeur, lean management…) et des besoins qui évoluent, inovallée a donc entrepris un gros travail de restructuration afin de faire bouger les lignes de son modèle, en se réinventant pour offrir à ses adhérents un panel de services en phase avec les problématiques des entreprises et des salariés.

Annie Soufi, Directrice Générale d’inovallée, explique l’objectif de ce colossal chantier : « Il nous paraissait primordial, dans le contexte actuel, de reposer les bases d’un positionnement stratégique, capable de nous ancrer sur nos racines et nos forces historiques, pour bâtir un tronc solide autour duquel pourront pousser de nouvelles branches ».

Pour amorcer ce travail, inovallée a mené de nombreux entretiens guidés, auprès des dirigeants, des startups, des cadres salariés et piloté une dizaine de workshops avec les membres du Bureau, du Conseil d’Administration, sur les valeurs et la vision pour le territoire et l’association afin de faire émerger leurs attentes et besoins. Après plusieurs mois de travail collectif, il est ressorti 3 axes structurants :

  • La nécessité de continuer à valoriser et renforcer l’attractivité du territoire autour de l’excellence technologique et de la qualité de vie au travail,
  • Le besoin de clarifier l’offre d’accompagnement, de la rendre plus lisible et mieux marketée,
  • L’importance d’optimiser les process internes afin de simplifier les parcours et permettre aux adhérents de mieux s’approprier les services d’inovallée.

Faire briller l’excellence technologique d’inovallée 

C’est donc un parcours fléché par étapes, qui a été présenté aux adhérents ce soir là afin d’illustrer les actions déjà menées et celles à venir.

En termes de VISIBILITÉ (pour faire rayonner le territoire !), la première concrétisation a été de repenser l’annuaire, avec une structuration par technologies et filières (qui seront repris sur le futur site web corporate). Le fruit de ce travail a ensuite permis à l’équipe de communication de repenser sa stratégie en mettant en place une nouvelle ligne éditoriale en lien avec les principales cibles identifiées et en phase avec les attentes terrain. Cela s’est donc traduit par une charte graphique modernisée (code couleur par centre d’intérêts), des pictos pour identifier les filières, une nouvelle segmentation pour les newsletters, un univers graphique décalé (où la métaphore animale règne en maître) et enfin un découpage de l’offre de services sous forme de PACKS.

Les actions en faveur de la maque employeur

De côté de la QUALITÉ DE VIE AU TRAVAIL (volet indispensable pour valoriser sa marque employeur), les entreprises auront prochainement accès à un service de conciergerie, une Carte « Privilèges » verra le jour avec un catalogue de remises plus étoffé (elle remplacera la Carte Avantages actuelle), de nouveaux formats d’événements favorisant le partage d’expériences ou encore le co-développement seront proposés, des animations festives innovantes (type Olympiades, Incroyable Talents…) prendront vie prochainement et enfin un livret d’accueil sera proposé à l’ensemble des DRH d’inovallée (référençant l’intégralité des services dédiés à l’Happy’culture).

inovallée choisie comme site pilote en France pour tester une solution Smart city

Animatrice d’une technopole pionnière en matière de technologies numériques (80% des 11000 emplois du parc), inovallée ne pouvait donc pas passer à côté de la révolution en marche. L’association a donc initié un important projet de digitalisation des parcours adhérents, animé par une ambition : augmenter sa valeur (en diminuant les coûts et en augmentant la satisfaction clients).

Née d’une expérimentation pilote unique en France, lancée dans le cadre du projet Europe / Japon « BigClouT » (copiloté par la métropole et le CEA), ce projet a pour ambition de s’appuyer sur l’intelligence distribuée des objets connectés et des solutions cloud au profit des smartcities et de la qualité de vie des citoyens.

inovallée a été choisi comme LE site d’expérimentation français (sur les 4 expérimentations internationales) pour développer l’application mobile Myino capable d’agréger des données de diverses sources pour proposer aux salariés et visiteurs des informations tempes réel en matière de transports, restauration, événements, actualités et annuaire des entreprises.

Et l’appli n’est que la 1ère étape : un nouveau site vitrine est en cours de développement, pour attirer des startups, des entreprises et des talents, et les inciter à rejoindre inovallée. Deuxième étape : digitaliser leur parcours d’entrée (dématérialisation des process d’agrément / sélection), et développer de nouveaux webservices , dont un module emploi intelligent pour répondre à des offres d’emplois avec des outils de matching, de notifications et de monitoring. Des services qui viendront enrichir les espaces membres comme l’application mobile. inovallée 3.0 : c’est pour bientôt !

Un CA cumulé de + 1.5 Milliard d’euros… la dynamique économique du territoire reste au vert

Etre au fait de la tendance économique des entreprises qu’elle accompagne est indispensable pour inovallée. Tel un baromètre, l’enquête de conjoncture est un élément clé pour identifier les grandes orientations qui forgeront les actions de l’année à venir. C’est donc une météo plutôt clémente qui fût présentée ce soir-là, puisque l’enquête a révélé (pour les 108 entreprises qui ont répondu au questionnaire) : un CA cumulé de plus de 1,5 Milliard € – 650 nouveaux emplois créés en 1 an. Pour autant, la dynamique de la technopole était en légère baisse en 2018 avec une fluctuation plus importante du côté des départs que des arrivées (soit 358 entreprises pour 11 000 salariés), en raison notamment de la perte de m2 sur Meylan et Montbonnot (renouvellement du parc immobilier qui compensera cette baisse sur 2019, avec 38 000 m2 de surfaces pré-commercialisées). Même si les entreprises sont optimistes, avec des carnets de commandes rassurants (77% d’entre elles ont un carnet rempli à plus de 3 mois), elles n’en restent pas moins prudentes quant au chiffre d’affaires qu’elles généreront sur 2019. Ce constat s’explique notamment par la tendance économique actuelle où la compétitivité est de plus en plus accrue.

Pour poursuivre sur ce volet économique et conjoncturel, inovallée a ensuite présenté son rapport financier, qui cette année encore, fut mis en images par l’entreprise Minimento

Des nouveaux membres engagés au côté d’inovallée

Qui dit Assemblée Générale, dit aussi renouvellement du Conseil d’Administration. Il y avait quatre sortants et un poste vacant cette année. Les candidats se sont donc présentés tour à tour et les nouveaux membres élus / ou réélus sont : pour le Collège entreprises / industries Jean Pascal BOST (Antaios) , Philippe SOURBES (ACT’RMC), Jérémie WEBER (DIGIGRAM), et pour le Collège université – recherche Didier CHAMINADE (Orange Labs) et Nadine MORDANT (INRIA).

Réussir ensemble, une raison d’être affirmée par le Président d’inovallée

Après un rappel du contexte économique, environnementale et sociétale dans lequel nous évoluons et qui connaît de grandes mutations, Cédric PERRES (Président d’inovallée) a souhaité mettre en lumière les atouts qui font la force d’inovallée. Que ce soit au niveau des coopérations renforcées entre les intercommunalités, des synergies croisées avec d’autres zones d’activités (Centr’Alp, Laval Mayenne Technopole et plus largement le réseau RETIS – association des technopoles Françaises), ou encore des partenariats stratégiques et financiers fructueux… chaque relation nouée favorise la dynamique d’inovallée et sont un moteur indispensable pour assurer sa pérennité.

Et ce qui est vrai pour une entreprise l’est aussi pour inovallée, qui est structurée comme une entreprise… C’est pourquoi Cédric Perres a insisté sur les points de vigilance auxquels doit faire face l’association (diminution des subventions, maintenir le cap malgré la compétitivité, perte d’entreprises et d’emplois, problématique des places de stationnement qui ne font que diminuer….) et qui mettent en péril la structure, qui comme le rappelle Cédric Perres, a un business model essentiellement basé sur des fonds propres.

Aussi, c’est un appel à « réussir ensemble » qui a été lancé ce soir là. Cedric Perres encourage donc les dirigeants à s’unir pour continuer dans cette dynamique de mobilisation collective (qui a été initiée l’an passé via le groupe WhatsApp), contribuant ainsi à faire bouger les lignes dans la bonne direction….

Pour conclure son rapport moral, Cedric Perres a lu un extrait du projet de manifeste d’inovallée (construit à l’issu des workshops en équipe) : « Nous sommes désireux de porter cette ambition en interne comme en externe et de créer un monde plus humain, plus souple, plus responsable afin d’être tous en position de s’adapter aux défis d’aujourd’hui et de demain ! »

Un savant mélange d’humour et d’autodérision pour parler d’une génération en quête de sens !

L’Assemblée Générale s’est donc clôturée sur un « spectacle » inédit proposé par un ancien ingénieur de Sophia Antipolis, devenu humoriste : Karim Duval. Il a découvert le théâtre et écrit ses premiers sketchs en 2008 et a remporté de nombreux prix dans des festivals d’humour de renom. Mais c’est en 2012 qu’il décide de se consacrer pleinement à sa passion : la scène. Il est donc venu présenté un extrait de son nouvel opus « Y », faisant référence à la génération Y… Ces vingt-trentenaires en quête de soi, de sens et de fun ! Pendant 40 minutes, Karim a enchaîné ses sketchs, avec une touche inédite, revisitée pour l’occasion… inspirée de quelques anecdotes 100% inovallienne ! Les startupers, dirigeants et autres « chefs de projet » en ont pris pour leur grade… sans rancune, au regard des fous rires de l’assistance et des applaudissements !

Voir le spectacle complet de Karim Duval ce soir-là !