[smart grids] Odit-e remporte son 3ème projet H2020 en 2 ans et conforte son rôle majeur dans la transition énergétique internationale

Le réseau basse tension, chaînon manquant de la transition énergétique

Les réseaux de distribution publics BT ne sont ni monitorés ni télé-conduits. La planification des renforcements et de la modernisation se fait à partir de l’usure supposée du matériel, de courbes de charge théoriques, et d’outils sommaires, impliquant des coefficients de sécurité importants. Pourtant, ils représentent 70% du patrimoine immobilisé et génèrent 50% des coûts d’exploitation.

Le manque de connaissance de l’état réel des réseaux Basse Tension et les erreurs de cartographie génèrent des surcoûts d’exploitation et de maintenance importants, en rallongeant les temps nécessaires à la localisation des défauts et à la détermination d’un schéma de reprise.

Or le déploiement actuel des compteurs communicants représente le premier outil d’observation à grande échelle du réseau Basse Tension. Cela ouvre de nouvelles opportunités, qui restent encore à exploiter pour qui sait donner de l’intelligence aux données.

Et c’est bien là le cœur de métier d’Odit-e !

Le Big Data pour rendre les réseaux électriques modernes et flexibles.n

Odit-e exploite les données réelles disponibles sur le réseau existant (notamment à partir des compteurs Linky mais pas uniquement) pour identifier les zones critiques, et proposer les solutions justement dimensionnées pour optimiser le réseau, à partir d’algorithmes experts déployés dans le cloud.

Une véritable approche datadriven qui a permis à Odit-e de construire quatre offres, entièrement dédiées au réseau Basse Tension :

  • Cartographie du réseau
  • Estimation d’état en temps réel et prévision à J+1
  • Prédiction d’impact sur le réseau existant
  • Actions correctives (rééquilibrage des phases du réseau, optimisation de la prise du transformateur, etc)

Cette offre qui permet aux gestionnaires de réseaux :

  • D’optimiser leurs investissements en prenant en compte la réalité d’utilisation du réseau (jusqu’à 30% de gain)
  • D’optimiser l’intégration des énergies renouvelables (la conception actuelle des réseaux limite à 30% de la puissance consommée l’insertion de production photovoltaïque)
  • De réduire de moitié les pertes non techniques (qui représentent actuellement 15€ par abonné chaque année)
  • De réduire de 10% les coûts d’exploitation

Big data for energy : Odit-e remporte son 3ème projet projet H2020 et conforte son rôle majeur dans la transition énergétique mondiale

Fort de cette expertise, Odit-e vient de remporter son 3ème projet H2020 en 2 ans (quand on connait la sélectivité des ces projets, on mesure la qualité de la performance …), au sein d’un consortium mené par l’UPC (Université Polytechnique de Catalogne) qui rassemble une dizaine de PME, l’entité espagnole d’Atos Worldgrid et trois gestionnaires de réseaux électriques.

L’objectif : agréger des données publiques de sources diverses (opendataet données ) pour modéliser, dimensionner et exploiter les réseaux électriques à l’échelle d’une ville.

Des démos seront réalisées en Belgique, en Espagne, en Slovénie et en Turquie.

Outre ces trois projets H2020 qui visent à bâtir le monde énergétique décarboné de demain, Odit-e est également lauréat du concours SET 100 piloté par DENA, l’agence de l’énergie allemande et qui rassemble 100 startups internationales leaders de la smart energy. Dans ce cadre, Philippe Deschamps, co-fondateur d’Odit-e est en ce moment même à Abu Dhabi pour participer au World Energy Council Congress, qui rassemble tous les leaders mondiaux de l’énergie.

Un marché international

Résolument internationale, Odit-e a déjà déployé des POC dans plusieurs pays européens dont la Suède, la Belgique, l’Espagne ou le Portugal. Elle part désormais à la conquête du monde avec le démarrage d’un premier projet en Inde.

Ses ambitions commerciales pour 2020 : passer du POC à la réalisation de projets pilotes avant un déploiement à grande échelle de ses solutions