90 projets accompagnés, 67 startups en activité, 400 emplois créés, 56 M€ de CA et 86 M€ de fonds levés : les chiffres clés de la réussite économique du Tarmac sur le territoire

6 ans d’existence, et une dynamique d’attractivité qui se confirme avec 76% de pérennité et 88% d’implantations sur le territoire

Créé en 2014 dans un contexte où il était le premier incubateur de startup de l’écosystème grenoblois, l’attractivité du Tarmac se confirme 6 ans plus tard, et ce malgré la montée en puissance des offres startups sur le territoire.

Ainsi, l’équipe du Tarmac reçoit toujours chaque année une quarantaine de porteurs de projets (230 entrepreneurs en 6 ans), une quinzaine de dossiers sont examinés en comité de sélection, et 10 à 15 rejoignent le Tarmac.

En 2019, après une deuxième grosse vague d’envols (pour rappel, la période maximum d’incubation est de 3 ans), le Tarmac a enregistré 10 décollages et 7 arrivées (sachant que 2 projets retenus fin 2019 sont arrivés début 2020, dont un projet international dans le cadre du French Tech Visa).

Avec 67 startups en activité sur 90 projets accompagnés, le taux de pérennité des entreprises accompagnées est de plus de 76%.

Et si l’on analyse les « échecs », sur les 24 projets non aboutis, 38% ont abandonné avant la création, 42% n’ont pas franchi le cap décisif des 2 ans, 16% ont eu du mal à franchir le second palier des 6-7 ans.

Mais surtout, le Tarmac, fruit d’une collaboration publique / privée destinée à créer des emplois pérennes sur le territoire, a tenu toutes ses promesses puisque 88% des startups sorties de l’incubateur se sont implantées sur le territoire (51% sur inovallée, 37% sur la métropole ou le Grésivaudan).

Un bilan économique exceptionnel tant pour les projets « startups / scaleups » que pour les projets de type PME !

En 2019, les 30 startups du Tarmac ont créé 50 emplois supplémentaires (en plus des fondateurs et des équipes en place, soit 142 collaborateurs au total enregistrés fin décembre).

Elles ont généré un chiffre d’affaires de 3,7 M€ (soit plus de 150% de croissance par rapport à leur chiffre d’affaires 2018), et ont réussi une levée de fonds record de 30 M€ dont plus de 84% en equity !

Au total en 6 ans, les chiffres confirment l’impact économique décisif du Tarmac sur le territoire :

  • 400 emplois créés
  • 46 M€ de CA (19 M€ en incubation + 37 M€ en sortie)
  • 86 M€ de fonds levés (54 M€ en incubation + 32 M€ en sortie).

Des chiffres qui montrent que le modèle « startup » se confirme pendant toute la phase d’incubation, avec 24 M€ de fonds levés pour 19,6 M€ de CA. Un ratio qui s’explique par la proportion croissante de startups deeptech qui choisissent le Tarmac pour sécuriser leur démarrage.

En revanche, en sortie d’incubation, on note la cohabitation d’un double modèle économique :

  • Le modèle « scaleup », avec des projets d’envergure fortement capitalistiques comme Waga Energy, Lancey Energy Storage ou Remedee Labs
  • Mais aussi un modèle PME, avec des projets 100% autofinancés par leur chiffre d’affaires, comme Neovision, Skaping, Appliware, Tenevia, Nexxled ou Clicissimo, qui ont néanmoins généré plus de 6,4 M€ de CA.

Un double modèle qui confirme la pertinence du parti pris agnostique du Tarmac d’accompagner tout type de projet technologique.

Le fruit d’un accompagnement vertueux et résolument écosystémique : une réussite 100% collective !

Si l’équipe du Tarmac, Claire Chanterelle et Sophie Raimbault-Mutel (soit 2 ETP seulement), ne compte pas ses heures et son énergie pour accompagner individuellement les entrepreneurs dans leurs projets, que ce soit sur leur stratégie, leurs difficultés de recrutement ou d’équipes, leurs challenges industriels ou financiers, mais aussi parfois, leurs doutes, la force de l’accompagnement Tarmac réside sans aucun doute dans la forte stratégie partenariale mise en place dès l’origine.

« Il n’est ni possible ni souhaitable d’être expert de tous les domaines. Notre rôle est d’abord et surtout d’identifier les difficultés de nos entreprises, et de les mettre en relation avec le bon interlocuteur et le bon dispositif au bon moment », souligne Claire Chanterelle.

Un principe simple rendu possible par un travail de terrain en continu pour nouer des relations de confiance durable avec tous les acteurs clés de l’écosystème d’accompagnement et dans tous les domaines : scientifiques, technologiques, industrialisation, financement, marketing, développement commercial, RH, export, etc.

Au total, ce sont plus de 150 experts bénévoles du réseau (et une quarantaine de partenaires institutionnels et privés) qui s’impliquent au quotidien aux côtés de l’équipe pour soutenir ensemble le développement des startups sur le territoire.