NXP investit 8 millions d’euros dans Kalray pour accélérer le codéveloppement de solutions pour les véhicules autonomes

© Kalray

La société Kalray, pionnière des processeurs « manycoeurs » pour les nouveaux systèmes intelligents basée sur inovallée, a annoncé le 2 avril dernier un investissement stratégique de NXP Semiconductors, leader mondial des solutions de connectivité sécurisée pour les applications embarquées : 8 millions d’euros de prise de participation pour renforcer le partenariat entre les deux entreprises. L’objectif : combiner les atouts des solutions NXP Automotive et des processeurs intelligents Kalray MPPA® (Massively Parallel Processor Array) afin de codévelopper, promouvoir et déployer des solutions conjointes sur le marché de la conduite autonome.

« L’investissement sera réalisé par l’émission réservée au bénéfice de NXP BV, société du groupe NXP, de 503 461 actions ordinaires avec suppression du droit préférentiel de souscription des actionnaires de la Société. À la suite du règlement-livraison des Actions Nouvelles, le groupe NXP détiendra environ 9,95 % du capital de Kalray et de ses droits de vote », explique Kalray dans son Communiqué de presse. Kalray présentera également au vote de la prochaine assemblée générale une résolution relative à la désignation de Sean Pitonak, Senior Vice President, Corporate Development et M&A de NXP, en qualité de membre du conseil de surveillance.

Cette transaction vise à renforcer le partenariat entre NXP et Kalray, annoncé il y a un an au CES 2019, afin de développer et déployer une plateforme matérielle et logicielle commune, sûre, fiable et évolutive pour véhicules autonomes, allant du niveau L2 (autonomie partielle) au L5 (autonomie complète). L’arrivée de NXP, le spécialiste des semi-conducteurs, à son capital conforte la startup dans sa stratégie de développement concernant les solutions dans l’automobile et les systèmes embarqués.

Un investissement stratégique et un partenariat à long terme

« Nous sommes fiers d’annoncer que NXP est désormais l’un de nos investisseurs stratégiques », commente Eric Baissus, Président du Directoire de Kalray. « Cette prise de participation vient en continuation de notre collaboration sur le véhicule du futur. Cela fait un an que nous travaillons sur la conjonction de nos offres pour un déploiement sur le marché mondialNXP est l’une des sociétés les mieux établies et les plus expertes dans le domaine des semi-conducteurs pour l’industrie automobile. Cet investissement va renforcer la collaboration entre nos équipes et participera au financement de notre feuille de route sur le segment automobile. Je suis convaincu que nous avons une solution commune unique et ouverte à proposer au marché, pour une conduite autonome fiable, alliant performances et sécurité. »

NXP et Kalray affirment ainsi leur volonté de proposer au marché automobile une solution intégrée et évolutive, comprenant le processeur principal, l’accélération de l’IA et des réseaux neuronaux, des capacités de sécurité fonctionnelle et des outils optimisés. Une solution qui leur permettra ainsi d’adresser conjointement l’ensemble des exigences nécessaires pour des solutions ADAS (Advanced Driver-Assistance Systems, ou systèmes d’aide à la conduite automobile et de conduite autonome) de nouvelle génération. Les deux sociétés entendent également renforcer leur collaboration pour répondre ensemble aux opportunités commerciales. NXP apportera également un soutien à Kalray en termes de ventes, marketing, expertise automobile et support technique à l’échelle mondiale.

La prochaine génération de la plateforme de conduite autonome NXP BlueBox embarquera les processeurs intelligents de Kalray

La plateforme de conduite autonome NXP BlueBox, qui offre les performances, la sécurité fonctionnelle et la fiabilité requises pour développer des voitures autonomes, est actuellement basée sur la famille de processeurs automobiles S32 et les processeurs Layerscape®. La prochaine génération de cette plateforme embarquera les processeurs intelligents MPPA® de Kalray et sera proposée aux clients automobiles, ainsi qu’à l’écosystème NXP Bluebox.

« Développer une plateforme pour la conduite autonome, intégrant les performances requises en termes d’IA et de très hautes capacités de calcul, le tout avec un haut niveau de sécurité, nécessite une très étroite collaboration », déclare Henri Ardevol, Senior Vice-Président et Directeur Général solutions automobiles chez NXP. « Le savoir-faire de Kalray et sa plateforme ouverte et évolutive MPPA®, sont complémentaires à l’expertise de NXP et à son portefeuille de solutions pour l’automobile. Nous sommes très heureux d’associer notre expérience et nos efforts, afin d’offrir à nos clients la meilleure plateforme pour leur prochaine génération de véhicules. »

La voiture totalement autonome, un futur proche ?

Eric Baissus explicite par ailleurs les avantages de la technologie développée par Kalray pour les solutions de conduite autonome : « Dans une voiture, chaque nouvelle option vient avec un computer. On considère qu’il y a entre 50 et 100 computers dans une seule voiture aujourd’hui. Pour plus de sécurité et d’autonomie, de nouvelles fonctions doivent être ajoutées, comme par exemple détecter un piéton pour ralentir, s’arrêter à un stop, etc. La voiture du futur a besoin d’une puissance de calcul multipliée par 100 ou par 1000, ce sont un peu des data center sur roues ! Par son architecture unique, le processeur de Kalray est multicœurs et peut gérer énormément de fonctions en parallèle, tout en ajoutant de la vitesse de calcul ».

Pourtant, dans l’imaginaire collectif, la voiture 100% autonome, sans volant et sans chauffeur, reste perçue comme un fantasme futuriste. Alors où en est-on réellement ? D’après Eric Baissus, « il reste encore beaucoup d’étapes à franchir » avant d’arriver à un véhicule de niveau L5, c’est-à-dire entièrement automatique. « L’ordre de grandeur est plutôt à horizon 2030 pour voir apparaître des voitures complètement autonomes. Les modèles que l’on peut trouver sur le marché automobile actuellement sont de niveau L2 et des voitures L2+, c’est-à-dire capables de prendre des virages et de s’arrêter, ne devraient pas tarder à sortir ».

Mais l’industrie automobile en est déjà au niveau L3 (véhicule capable de s’arrêter et de changer de voie) et les équipes de R&D de Kalray travaillent sur les niveaux L3, mais aussi L4 (véhicule capable de doubler, changer de voie, s’arrêter aux péages…). « Ce marché est réellement enthousiasmant, même s’il s’agit d’un marché à long terme. Mais il n’y a aucune raison technologique pour que le véhicule autonome ne devienne pas réalité. C’est un marché qui va prendre du temps, qui est profond et il est important que Kalray se positionne dès aujourd’hui en tant que contributeur de valeur ». Pour rappel, Kalray adresse d’ores et déjà un autre marché cible, celui des data centers, un marché à court terme, très dynamique sur des verticaux en forte croissance.

Kalray maintient ses activités pendant la crise Covid-19 et devrait pouvoir tenir sa roadmap technologique

Kalray, qui est peu dépendante de ses fournisseurs, maintient ses activités de recherche & développement dans le contexte de l’épidémie de Covid-19, avec l’ensemble de ses équipes de développement en télétravail depuis l’annonce du confinement le 16 mars, sans recours pour le moment au chômage partiel. En l’état des informations à sa disposition, Kalray confirme également que son niveau de trésorerie actuel est solide (15,7 M€ au 31 décembre 2019, renforcée par l’investissement de NXP), mais qu’elle va prendre des précautions supplémentaires pour sécuriser cette trésorerie (sollicitation d’emprunts bancaires, limitation de certains investissements…).

Elle devrait toutefois lui permettre de mettre en œuvre sa roadmap technologique, y compris les développements liés au partenariat stratégique NXP Kalray et son déploiement commercial, au cours des douze prochains mois. Les mesures de confinement mises en place dans de nombreux pays sont néanmoins susceptibles de ralentir les cycles commerciaux, ce qui pourrait décaler le déploiement de certains projets sur lesquels travaille la Société, qui commentera ses résultats 2019 le 20 avril prochain, conformément au calendrier annoncé. Elle espère être alors en mesure d’apporter plus de précisions sur l’impact sur son activité de la crise liée à l’épidémie Covid-19.